Dernière ligne “droite” : l’Argentine

Nous entamons une belle descente jusqu’au Nord de l’Argentine. Nous revivons : après plus de 2 mois dans le froid nous redécouvrons le soleil et la verdure. Ce fut comme une renaissance après un hiver interminable. Et pourtant dans cette région chaude de l’Argentine c’est l’hiver. Qu’importe, après le froid que nous avons traversé cela nous paraît être un doux printemps. Au fur et à mesure les concerts de toux et d’éternuements se font plus rares. Et quoi de mieux pour découvrir l’Argentine que de commencer par la route du vin ? En plus d’une végétation abondante, s’offrent devant nos yeux des paysages aux couleurs surprenantes, l’odeur des arbres et de l’humidité chatouille nos narines et notre passage s’égaye des piaillements des perroquets.

La musique et la bonne humeur sont maitre mot de notre aventure. On découvre avec bonheur la culture Argentine, bien différente de celle de Bolivie. Et on devient très vite adepte du maté (que je suis actuellement entrain de boire en écrivant cet article 😉 ). Le maté est une herbe qui se fait infuser dans un genre de mug en bois qui porte le même nom que son contenu. A l’aide d’une paille métallique on aspire l’eau chaude aromatisée. C’est une boisson qui se partage, on utilise un seul verre que l’on se passe à tour de rôle. Quant à la saveur c’est aussi amer que le café avec un goût plus proche du thé.

Sur la route, malgré cette chaleur agréable nous devons faire face à notre pire ennemi : le vent. Il est parfois tellement fort qu’il nous freine complétement. Nous gagnons aussi une heure de soleil le soir, un pur bonheur (je vous l’ai dit on a l’impression de sortir de l’hiver au mois de juillet !). Quant aux Argentins, ce sont des personnes très accueillantes et chaleureuses. Ce sont aussi des sportifs avec une culture plus occidentale. Une transition avant notre retour ?

En attendant nous nous reposons quelques jours dans la maison de Lucas, notre compagnon de route depuis Uyuni. Le temps de faire un peu de communication, de visiter une entreprise de citron, de vivre la fête nationale et de créer une casa de ciclistas à Tucuman (le voyage donne de belle idée et l’envie d’accueillir d’autres voyageurs).

Notre route va se continuer, direction Buenos Aires où nous avons hâte de rencontrer Nuestras Huellas. Avant de prendre, déjà, notre avion pour rentrer en France.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s