Le micro-crédit à El Hogar de Cristo

Le 10 mai 2019

” Sans le micro-crédit on ne peut pas évoluer, ici à Hogar de Cristo ils aident les personnes à faibles revenus.”

Depuis 2002, el Hogar de Cristo a mis en place un programme de microfinance destiné principalement aux femmes. Inspiré de la Grameen bank de Mohammed Yunus, l’accès au micro-crédit suit 3 grandes étapes.
Durant la phase 1, les femmes forment des groupes de travail de 3 à 4 personnes. Ces groupes sont très importants car ensemble, elles gardent une dynamique dans un environnement où chacune motive l’autre. Les différents groupes ainsi formés se retrouvent et suivent des cours donnés par des associations de couture, de confection artisanale, de cuisine, de confection de chaussures… Cependant savoir créer de délicieuses empanadas (feuilletés farcis) ou de magnifiques chaussures ne suffit pas. Pour monter son entreprise, toute une organisation est à mettre en place. Ainsi, le programme inclut également des cours de commerce, de marketing, de comptabilité, de communication…


“S’inscrire ne suffit pas, il faut s’exercer. Tout dépend de votre motivation !” rappelle
Jenny, la coordinatrice des initiatives économiques et solidaires, à chaque nouvelle “élève”.

C’est à la fin de cette première phase d’apprentissage qu’un micro-crédit est envisageable. Celui-ci est accordé afin d’investir dans du matériel, des machines ou des matières premières permettant de créer sa micro-entreprise.
Les personnes qui viennent à Hogar de Cristo cherchent avant tout à acquérir un savoir-faire et à suivre des formations. C’est pour cette raison que sur une trentaine de personnes qui suivent la première phase, seules 8 à 10 personnes feront une demande de micro-crédit. Certaines possédaient déjà un commerce avant de suivre les formations et d’autres feront le choix d’investir par elles-mêmes.

La phase suivante, composée de formations plus poussées, ne sera poursuivie que par la moitié des personnes de la phase 1. Les raisons de cette différence sont diverses : la micro-entreprise a déjà été construite, le manque de temps (la phase 1 demande 2j/semaine contrairement à la phase 2 qui requiert le double de temps), ou parfois certains maris regardent d’un mauvais œil leur femme sortir si souvent de la maison pour aller aux formations et les dissuadent de continuer.

“Mon mari ne veut pas que je travaille dehors. Mais ma micro-entreprise à domicile lui convient bien car je peux m’occuper du bébé en même temps. Ce sont des libertés que je n’aurais pas dans un autre travail.”

Au sein du site de Guayaquil, près de 118 groupes de personnes ont un micro-crédit, ce qui équivaut à 722 clients. Ce dernier doit uniquement être investi dans le commerce afin de le faire évoluer.
L’équipe del Hogar de Cristo se doit donc d’accompagner les entrepreneurs, de visiter le commerce et de vérifier l’investissement afin que les micro-entrepreneurs soient en mesure de rembourser le prêt sans difficulté.

“J’ai pu investir l’argent du Micro-crédit dans l’achat de nouveaux produits et ainsi croître mon entreprise. Aujourd’hui j’ai un revenu supérieur et plus sûr.”

Les micro-crédits peuvent aller de 200 $ à 1 500 $ et doivent être remboursés sous 4 à 9 mois. Ici il n’y a pas de taux d’intérêt, ce sont des frais de dossiers car l’argent n’est pas capitalisé. Ces frais de dossier sont de 2,5 % mensuel, ce qui correspond à 29,5 % annuel contre 49 % de taux d’intérêt pour les crédits équatoriens. Vous trouvez ce taux élevé?  Nous vous expliquons le pourquoi du comment en bas de page.

Nous avons eu l’occasion de rencontrer de nombreux entrepreneurs. Les témoignages récoltés montrent que les formations et le micro-crédit sont de véritables opportunités pour eux de créer et de faire croître leur entreprise. Cela permet un changement au cœur des familles : les revenus sont plus importants et les femmes plus indépendantes.


Pourquoi les taux sont-ils élevés ?

Les Institutions de Microfinance n’ont pas pour but de maximiser le profit mais ont pour but de maximiser l’impact social, tout en cherchant à être autonome financièrement. Cependant il existe des charges qu’il faut pouvoir financier : les formations, l’accompagnement des micro-entrepreneurs, la charge salariale et les autres charges fixes tels que les locaux. De plus, le nombre élevé de clients en comparaison au faible montant des micro-crédits augmente les dépenses opérationnelles. Ces taux doivent également être mis en relation avec le taux directeur de la Banque Centrale du pays et donc impactent le coût du financement local. Chez Hogar de Cristo seulement 3,87% des micro-crédits ne sont pas payés en temps voulu ou ne sont pas remboursés. Ceci montre une belle organisation et un système efficace permettant aux entrepreneurs d’investir de manière utile afin que cela porte ces fruits.

Pour limiter le non remboursement chaque dossier est étudié. Lorsqu’un demandeur a déjà un micro-crédit dans une autre banque, el Hogar de Cristo peut savoir si le remboursement se fait dans de bonnes conditions grâce à un logiciel mettant toutes les banques en relation. Si le remboursement s’effectue mal, l’organisation ne permet pas de nouvel emprunt.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s