Rencontre avec IMCA

Depuis 56 ans, el Instituto Mayor Campesino (IMCA) multiplie différents projets pour valoriser les zones rurales, des zones oubliées et souvent délaissées.   

Le siège de l’association est basé dans un superbe parc, nous apprendrons par la suite qu’il s’agit d’une ancienne université où sont aujourd’hui accueillis desclasses, des séminaires d’entreprises ou de nombreuses formations. Dès notrearrivée on nous réserve un accueil chaleureux et nous passons la matinée avec Ricardo qui nous fait découvrir l’association et le fonctionnement de la microfinance. Les actions d’IMCA tournent autour de 3 principaux thèmes : l’accès à l’eau potable dans les milieux ruraux, les sciences politiques et l’économie sociale et solidaire.

Ce premier thème est essentiel, en Colombie l’accès à l’eau est presque intégralement gérée par des entreprises privées. Dans les campagnes, aucune entreprise n’organise la gestion de l’eau ainsi les communautés la gèrent par elles-mêmes. Cependant ces canalisations peu fiables sont sources de beaucoup de problèmes d’hygiène. IMCA travaille main dans la main avec ces communautés pour permettre une meilleure gestion de cette eau.

IMCA lutte aussi auprès du gouvernement pour défendre les droits Ruraux et la mise en place de meilleures conditions de vie (routes plus accessibles, accès à la santé, à l’emploi, …). Une place importante est aussi attribuée à l’éducation politique afin que les communautés rurales connaissent leurs droits et sachent à qui s’adresser pour mettre en place leurs initiatives.

C’est dans le dernier thème : l’économie sociale et solidaire que nous retrouvons les actions de Microfinance. Ici, il s’agit d’une microfinance de groupe, au fonctionnement atypique mais inspirant. Entre crédit et épargne cela permet à plus de 90 groupes une meilleure gestion de leur argent.

Des groupes de11 à 19 personnes (amis, familles, producteurs, communautés …) se réunissent tous les 15 jours. Lors de chaque réunion, chacun dépose une somme prédéfinie au sein de la caja. Cet argent permet à qui le veut de faire un emprunt au groupe, cet emprunt est soumis à un taux d’intérêt que le groupe a défini au préalable (en dessous de 3% par mois). Le bénéficiaire possède 6 mois pour rembourser le crédit. Les taux d’intérêt récoltés permettent d’agrémenter la caja.

« Cela nous permet d’avoir accès à un crédit plus facilement, bien moins cher que chez une banque et sans démarche administrative » nous dit un jeune membre d’un groupe.

A la fin de l’année, lors d’un grand repas, ils se répartissent l’argent récolté. IMCA intervient au sein de ce groupe uniquement par l’intermédiaire d’un facilitateur qui veille à ce que chaque règle soit bien respectée. A la fin de la réunion, la caja est fermée par 3 cadenas, dont 3 personnes différentes possèdent la clé. Symbole de l’importance du groupe, d’être ensemble.

Ici, chaque groupe décide de son propre fonctionnement, de sa propre manière de mener la microfinance en fonction des besoins et des capacités de chacun. Cela forme des groupes soudés et vont parfois au-delà d’un simple aspect financier. Un dernier point que l’on vous détaillera bientôt…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s